ADENO NUITOME

SPECTACLE

ELLE est romancière ou poétesse. LUI est créateur lumière. Ils ont été frappés par l’existence de la maladie et de la mort à tout juste trente ans. Ils quittent Paris, s’arrachent à la ville pour se plonger dans la nature, au cœur de la forêt. C’est dans cet endroit fantasmagorique qu’elle trouve le moyen de parler, survivre et écrire. ELLE et LUI traversent l’Adeno Nuitome, la nuit cancéreuse, et amoureuse aussi. 
Une plongée sensible dans la création et la beauté d’une folle histoire d’amour. 

Tu es assise en tailleur sur le siège passager, avec tes lunettes de soleil premier prix. Tu te penches vers l’antique radio-cassette, tu montes le son et quand je râle tu dis que je connais rien à la musique.
Je te regarde. Tu tapes du pied à contretemps. Tu ne peux pas mourir.

GÉNÉRIQUE

CRÉATION 2021

Texte : Lola Molina / Mise en scène : Lélio Plotton
Avec : Charlotte Ligneau et Antoine Sastre
Scénographie : Adeline Caron
Création sonore : Bastien Varigault
Création vidéo : Jonathan Michel
Création lumières : Maurice Fouilhé
Composition guitare : Julien Varigault

Production et diffusion collectif&compagnie
Production Estelle Delorme
Diffusion Géraldine Morier-Genoud

Relations presse : Francesca Magni

Crédits photo : Pascal Gély, Jonathan Michel

DATES

8, 9 avril 2021 à 15h : CDN Orléans / Centre Val de Loire

6 > 25 juillet 2021 : La Manufacture, Avignon

1, 2 décembre 2021 : Halle aux Grains, scène nationale de Blois

NOTES D'INTENTIONS

Nous créons sur scène le cœur de la forêt qui les abrite, et au milieu des herbes folles et de la nature sauvage nous formons des bulles « naturalistes » : son bureau d’écriture, le tapis du salon, le banc dans le jardin.
C’est dans cet endroit fantasmagorique qu’elle trouve le moyen de parler, survivre et écrire.
L’espace est baigné de lumière et de couleurs.
La scénographie et la vidéo plongent les acteurs dans la nature. Ils se fabriquent une tanière, comme deux animaux blessés. Une multitude de bouquets d’herbes sauvages couvrent la scène. Graminées, fleurs de carottes, fleurs de lin, herbes pourpres. Ce sont les herbes de leur prairie, peut-être aussi se sont-ils mis à faire des boutures et des expériences botaniques ?
La vidéo prolonge la nature avec trois surfaces verticales de projection. Décor réel et mental dans lequel évoluent les personnages, la vidéo fonctionne comme une toile peinte mouvante. Gros plans de fleurs, de plantes, de rivière, ralentis et colorisés, la nature est d’une beauté tantôt majestueuse tantôt inquiétante. Méconnaissable parfois.
Les acteurs font et défont ce champ d’herbes folles. On y découvre des espaces de vie réalistes. Les scènes du quotidien s’entrechoquent avec les échappées poétiques.
Le texte est baigné de culture rock. Nous créons une bande originale. L’univers sonore suit l’état intérieur des personnages, il est constitué d’une ligne mélodique fonctionnant comme un leitmotiv, tantôt épuré tantôt orchestré et qui se teinte parfois de guitares électriques.
Cette traversée est lumineuse et colorée. Il y a énormément de violence dans leur histoire, dans leur amour, dans leurs sentiments. Derrière la poésie et le lyrisme, c’est un ouragan qu’ils affrontent. Ils se débattent, ils luttent ! Il y a de l’espace et de la circulation dans ce spectacle, il y a du mouvement parce qu’ils sont traversés par la maladie et la mort et qu’ils redeviennent presque sauvages pour y résister.

Lélio Plotton.

 

« Adeno Nuitome » est le terme poétiquement scientifique que j’invente pour parler du cancer de la jeune femme du texte.
Le texte est une suite d’impressions, de touches sensibles prélevées sur leurs dialogues, des paroles plus intérieures dans laquelle l’autre peut intervenir ou être imaginé.
Il y a la forêt, la nature qu’ils découvrent et dans laquelle ils vont vivre une expérience radicale d’éloignement de leurs milieux d’origine. Il y a de l’isolement inspiré de Thoreau ou des zadistes dans leur installation à la campagne.
ELLE et LUI vont interroger les liens entre création, mort et nature. Sont-ils indissociables ? Que faut-il traverser ? Comment pourrait-ELLE ne pas lier son état de création et sa traversée de la mort ? Et ELLE va lier écriture et maladie, raconter l’intime et le secret de l’augmentation des cancers chez la personne jeune, comme d’autres écrivains avant elle ont écrit sur d’autres maladies ou approches de la mort – je pense à Hervé Guibert ou Jean-Luc Lagarce. 

Lola Molina.

INFORMATIONS DE PRODUCTION

PRODUCTION
Compagnie Léla

COPRODUCTION
Halle aux Grains – Scène nationale de Blois, CDN Orléans / Centre Val de Loire, Centre Culturel Albert Camus – Issoudun.

SOUTIENS
D.R.A.C. Centre – Val de Loire, Région Centre – Val de Loire, Maison de la Culture – scène nationale de Bourges, La Chartreuse – CNES.
Le texte a reçu le soutien du Centre National du Livre.

Texte édité aux éditions Théâtrales.

Production et diffusion collectif&compagnie
Production Estelle Delorme – 06 77 13 30 88 – estelle.delorme@collectifetcie.fr
Diffusion Géraldine Morier-Genoud – 06 20 41 41 25 geraldine.moriergenoud@collectifetcie.fr