NOUS N’AVONS PAS VU LA NUIT TOMBER

SPECTACLE

Jesse, Baba, James, Paul, l’amant de Jesse et leur agresseur forment une constellation pendant quelques nuits parisiennes, faites de rencontres, de bagarres devant une boîte, de premiers métros, de petit-déjeuner au Père Lachaise. Ils sont les enfants sucrés et paumés de la fin du siècle dernier. Capables d’amour.

Est-ce qu’on ne peut pas simplement s’en tenir au principe de réalité ? Paul, est-ce qu’on ne peut pas se contenter de constater l’impossibilité et s’y tenir ? Je voudrais qu’on s’en tienne à une vision politique de la situation. Des filles financent leurs études en se prostituant. Deux mecs s’aiment donc ne peuvent pas avoir d’enfants. La nuit ok on dit des trucs. Mais bordel !

GÉNÉRIQUE

De : Lola Molina
Mise en scène : Lélio Plotton
Avec : Johanna Nizard, Eric Berger, Antoine Sastre, Thomas Landbo et Charly Breton.
Création sonore : Bastien Varigault
Scénographie : Adeline Caron
Texte édité aux éditions Théâtrales (octobre 2020)

Production et diffusion collectif&compagnie
Production Estelle Delorme
Diffusion Géraldine Morier-Genoud

CREATION AUTOMNE 2022

DATES

CREATION 2022

NOTES D'INTENTIONS

Nous n’avons pas vu la nuit tomber est une pièce sur l’errance et l’amour.
C’est le parcours initiatique de six jeunes adultes qui traversent et se perdent dans le Paris de la toute fin des années 90. Ils sont six étoiles filantes qui brillent, se rencontrent le temps d’une soirée, se dispersent ou s’éteignent. La ville est ici le dédale de tous les possibles, de toutes les expériences et surtout celle de s’aimer sans limites de genres ou de contrainte morale.
Pour Jesse, Baba, James, Paul, Christopher et le Type du Métro, l’amour est une quête d’absolu aux limites de la subversion. Loin d’être la jeunesse appauvrie par la fin des « grandes idéologies » qui marque cette époque, ils en sont débarrassés.
Ils sont les représentants d’une jeunesse arrogante qui traverse Paris avec provocation et assurance et se réfugie dans des lieux littéralement underground (cave, métros…) où ils vivront ensemble leurs désirs et apaiseront leur crainte de solitude.
Leur(s) histoire(s) se racontent comme un flot, avec l’énergie et le rythme d’une course folle. Ils sont jeunes mais ils ont une conscience accrue du temps qui leur manque pour tout vivre. Ils sont dans l’urgence, la fulgurance parce qu’il leur faut bouger, se mouvoir pour avancer et vivre et s’aimer.
La structure dramaturgique de la pièce évolue, en même temps que les personnages s’éclipsent. Le début est un quasi scénario, qui glisse progressivement vers le poème dramatique fait d’un tissage des voix.
Je vois cette mise en scène comme une performance. Il y a quelque chose de brut et d’urgent dans ce spectacle, comme si nous n’étions pas certains de le refaire le lendemain. Les comédiens et le texte créent tout et nous donnent à voir et à imaginer.
Le plateau et la salle sont nus, les comédiens jouent partout. C’est une chorégraphie d’énergies en mouvement. La lumière crée les espaces de la ville, comme autant de réverbères et de lumières tamisées des bars.. En fond de scène deux gros haut-parleurs, comme pour un concert ou une rave, impulsent les rythmes et la patine des 90’s.

Lélio Plotton

 
INFORMATIONS DE PRODUCTION

Le texte a reçu le soutien de l’Association SACD / Beaumarchais, du dispositif Ecritures Théâtrales en Chantier de la Comédie Poitou-Charentes et de La Chartreuse – CNES.

Production et diffusion collectif&compagnie
Production Estelle Delorme – 06 77 13 30 88 – estelle.delorme@collectifetcie.fr
Diffusion Géraldine Morier-Genoud – 06 20 41 41 25 – geraldine.moriergenoud@collectifetcie.fr

DOSSIERS